Cercà articuli più anciani

La véritable Self-Défense c'est le port d'arme

"En Corse, la loi admirable du coup de fusil fait qu'il y règne une grande politesse" disait un visiteur a on ne sait plus quel siècle...

Les gens se prennent la tête à vouloir apprendre des techniques d'auto-défense. Au lieu de militer pour le port d'arme citoyen.

Parce que ce que les "spécialistes" (pas tous) qui vous prennent des centaines d'euros pour vous vendre un semblant de sentiment de sécurité ne vous disent pas, c'est que pour mettre un assaillant hors d'état de nuire il faut une sacrée dose de force, de punch et ne pas faire une crise de tachicardie à la première embrouille. La Self-Defense pour tous, ce n'est rien d'autre qu'une tactique de marketing qui surf sur le sentiment d'insécurité pour se faire du flouze.

N'importe quel boxeur des environs (confirmé) a plus de chance de se défendre dans la rue que monsieur et madame tout le monde assidus aux cours de serf-defense depuis x temps.

Parce qu'avant de vouloir exécuter toute sorte de mouvements complexes qui n'ont jamais fait réellement leurs preuves dans la rue (sauf dans les films) il faut s'astreindre à l'entraînement de boxe pied-poings basique, a la lutte, et le combat au sol.

Même un combattant aguerri de type free-fighter n'est pas certain à 100% de s'en sortir dans la rue contre une seule personne (en assez bonne forme, agressive et déterminée). Contre plusieurs personnes n'en parlons pas, et contre un seul couteau le débat est clôt. Tous les fous qui enseignent comment se défendre contre une agression à l'arme blanche, et plusieurs adversaires envoient leurs élèves comme des brebis au milieu des loups.

Et c'est parce que certains élèves se surestiment et pensent détenir les clés de la victoire qu'ils se mettent bêtement en danger et comprennent trop tard leur douleur.

Tout n'est pas à jeter dans la Self-Defense, on y trouve évidemment des choses intéressantes. Mais ce n'est qu'un complément, pas une fin en soi. Il faut s'entraîner pour soi. Pas pour éradiquer la racaille.

UN POPULU ARMATU HÈ UN POPULU RISPETTATU 

Pourquoi se prendre la tête à vouloir être un sur-homme avec ses poings et ses muscles quand il suffit de sortir son flingue pour faire fuir les agresseurs...

Et c'est là que les vrais questions se posent. Dans un pays qui interdit le port d'arme aux honnêtes gens, ce sont les bandits et les délinquants qui sont armés. En désarmant les gens honnêtes on met leurs vies en danger face aux gens malhonnêtes car ces derniers n'attendent pas l'autorisation pour s'armer.

Ce n'est pas parce qu'un pays interdit le port d'arme qu'il y a moins de morts par arme à feu. La France en est l'exemple (la Corse n'en parlons pas), et de toute façon celui qui veut tuer trouvera toujours un moyen. Reste à interdire les camions, les voitures et les couverts...

Donc question bête: si dans un pays qui interdit le port d'arme les délinquants sont armés et tuent les honnêtes gens (qui eux sont désarmés puisqu'ils respectent la loi), que se passerait il si on autorisait le port d'arme ? Les honnêtes gens seraient ils en mesure d'empêcher les délinquants de les tuer ou pas ?

Alors surtout pour les corses exilés. Économisez votre fric. Inscrivez vous dans un club de tir, et obtenez une arme légalement, pour protéger votre foyer. C'est ça la véritable Self-Défense. Le reste c'est du sport... http://arpac.eu/comment-sarmer

Sangue Corsu

Manu ind'é a manu cù i nostri camerati Libiani


U nostru fratellu di Sangue Corsu Vincenziu hà fattu u viaghju in Tunisia per riprisentà a CORSICA  é LEIA NAZIUNALE accantu à l'altri militanti contra l'imperialisimu cume u figliolu di Muhammar Kadhafi, Saif El Islam, di a Jamaria Libiana. (Da leghje nant'a u situ di C.P.N)


U discorsu di Vincenziu:

<< En premier lieu, je tiens à remercier nos hôtes pour leur hospitalité.   La Jamahiriya et nos camarades du Comité International Révolutionnaire.
J’occupe au sein de notre délégation, une position un peu particulière car je me trouve parmi vous à double titre.
Comme patriote corse, bien sûr. Membre de Leia Naziunale  (Le lien national) , je suis particulièrement heureux de saluer nos camarades libyens.  Comme tous les méditerranéens, je cultive la longue mémoire et nous sommes nombreux dans l’Ile à ne pas oublier la sympathie qu’avait toujours exprimée le colonel Kadhafi en faveur de notre lutte de libération nationale.
Comme militant de la cause du Donbass, ensuite. J’ai l’honneur d’être délégué général de l’association humanitaire Novopole.  J’ai pu l’année dernière me rendre à Donetsk afin d’apporter l’aide de notre association aux populations civiles victimes du régime Ukrainien. C’est dans le cadre de cette mission que j’ai rencontré mon ami Serguei Shpak, aujourd’hui représentant officiel de la République de Lougansk auprès de vous.
Libyens, Novorossiens, Corses : voilà une assemblée bien diversifiée.  Une personne non initiée pourrait ne pas comprendre le lien qui nous unit.
Ce lien, il est très simple et s’exprime dans un dicton populaire : l’ennemi de mon ennemi est mon ami.
Cet ennemi, qui nous rassemble aujourd’hui, qui est-il ? 
Certains l’appellent Nouvel Ordre Mondial, d’autres l’Empire.  Où se situe-t-il : Londres New York, Tel Aviv ? Difficile à situer et à définir,  ses buts sont néanmoins très clairs :  le triomphe de la finance apatride et la destruction des identités, des valeurs et de  toutes transcendances.
L’objectif final est de peupler la planète d’individus sans racines, sans idéaux. Simples consommateurs et travailleurs exploitables et transposables à merci
Certains hommes incarnent ce cosmopolitisme des marchands : l’un d’entre eux, nos camarades Libyens le connaissent bien, il s’agit de Bernard Henri Lévy, faux philosophe mais véritable fauteur de guerres. Comme un vautour il s’est repu de la chute du Colonel Kadhafi et du martyr de son peuple.  Quelques années plus tard ce sont nos frères du Donbass qui ont fait la connaissance de ce vampire. Aux côtés des agents de l’Otan et des nervis galiciens, il n’a pas hésité à appeler de ses vœux la chute du gouvernement démocratiquement élu de Kiev, plongeant le pays dans la guerre civile.
Ce n’est pas tout, sur la place du Maidan, coude à coude avec Bernard Henri Lévy et les idiots utiles de Pravy Sektor se trouvait un autre agent du chaos. Moins connu que BHL, Henri Malosse n’en est pas moins nocif. Ancien président du Fonds Social Européen, il est un des rares Français à être interdit de séjour en Russie pour son rôle dans le coup d’état du Maidan et dans la mise en place des sanctions économiques contre la Russie.
Aujourd’hui Henri Malosse se trouve en mission en Corse, son but : normaliser un des rares peuples européens capables de se lever pour s’opposer au flux migratoire et au nivellement mondialiste. Malosse qui après s’être affiché aux cotés des milices nationalistes ukrainiennes n’hésite pas à enfiler les oripeaux d’un antiracisme de pacotille pour sidérer notre peuple.
Malosse appelle de ses vœux une Corse peuplée de 500 000 habitants d’où les autochtones auront disparus, fondus dans un magma humain.
Vous le voyez, camarades, Libye, Donbass, Corse, partout les mêmes hommes, les mêmes méthodes, les mêmes buts.
Cependant faire ce constat ne suffit pas, à ces réseaux mondialistes, doivent répondre les réseaux de la résistance des peuples. Si nous sommes réunis aujourd’hui c’est pour apprendre à nous connaitre, apprendre à coopérer, apprendre à lutter ensemble.
Je me réjouis publiquement de la libération de Saïf El Islam et du future retour au pouvoir de la Jamahiriya, je me réjouis également de la récente reconnaissance par la Russie des Républiques de Donetsk et de Lougansk.
Frères, chacune de vos victoires est également notre victoire. Chacun de vos triomphes, ouvrent une brèche dans la prison des peuples et hâte la libération de la Corse.
Tous ensembles nous vaincront !
Vive la Jamahiriya, vive la Novorossia, vive la Corse libre ! >>

 

Sangue Corsu

Ça n'a rien à voir avec le Karaté !


Il y en a marre de tout ces karatékas de pacotille qui attaquent les gens en poussant un "Ki" et voulant mourir au nom du karaté. Les grands maîtres ont beau s'indigner en criant "ça pas karaté !", les assaillants utilisent quand même les techniques enseignées dans les dojos... Donc pas karaté mais, karaté un peu quand même...

Alors c'est bien simple, nous allons couper court aux amalgames. De toute évidence, le Coran ne doit surtout pas être associé à la prise d'alcool ou de drogue, et ne doit surtout pas être mis entre les mains de personnes dépressives. La mauvaise interprétation des versets peut conduire le patient à vouloir égorger/écraser/mitrailler de l'infidèle, et porter ainsi atteinte à tous les musulmans qui lisent le Coran dans un état de bonne santé mentale. Par contre quand ces derniers en arrivent aux mêmes conclusions que les malades, cela devrait faire l'objet d'une réunion extraordinaire des gouvernements européens afin de se mettre d'accord une fois pour toutes sur ce qu'il est urgent de stopper sur le territoire européen, dans l'intérêt de la vie... Reste à savoir si c'est le "médicament" qu'il faut stopper ou bien la présence massive de ses utilisateurs...

Enfin à certaines personnes il est toujours bon de livrer une notice explicative quand ils font l'acquisition d'un outil qui peut être dangereux pour la santé de tous. Le problème se complique quand cet outil est la notice elle même... Il n'y a pas de notice de la notice dans ce cas. Reste à prier que celui qui la lit soit bien dans sa peau, doté d'un minimum d'intelligence et de morale, sinon bonjour les dégâts. Reconnaissons toutefois qu'autoriser cet outil, où cette notice, et la présence massive de ses utilisateurs, les yeux fermés, équivaut un peu à jouer à la roulette russe...

Parce que, à en juger les actes quasi journaliers d'individus qui manquent d'équilibre et se rattrapent sur ceux qui ont l'équilibre pour les entraîner dans leur chute en criant "Alain Haquebard", il serait temps de se pencher sur les effets néfastes de la croyance en ce fameux "Alain" sur les cerveaux bas de gamme... Car il semblerait en dernière instance que "Alain" soit le porte manteau de tous les vauriens voulant se débarrasser du poids de leurs échecs en les lui refourgant avant de mourir, histoire de se racheter. Raisonnement de prix nobel, en constante hausse depuis les années soixante...

On peut abandonner l'idée du questionnaire, toutes les réponses à nos questions se trouvent dans l'actualité hexagounale et eurostanpéenne. Nous sommes des petits veinards nous avons déjà l'anti-seche de nos examens à venir, sachons donc en faire bon usage au lieu de reproduire les mêmes erreurs que le pays ami...

Sangue Corsu

Questionnaire de prix nobel...

Pas besoin d'être un prix Nobel pour établir nous mêmes le bilan de décennies de colonisation de peuplement et de négation de notre peuple. Le "populisme numérique" (des corses les plus conscients) est une claque de réalisme qui chasse le déodorant de l'intellectualisme numérique...

La presse mainstream se délecte de cette tentative naïve de dresser le tableau de la diversité et en profite pour afficher l'affreux jojo devant toute la classe avec le bonnet du mauvais élève. 
Les levés de boucliers des complexés de la question identitaire qui n'aiment pas qu'on leur rappelle les différences entre communautés car ils aiment à croire qu'il n'y en a pas, se confrontent à la sincérité de notre élu indépendantiste. Mais la sincérité n'empêche pas de se tromper sincèrement, et il est des questions qui font l'effet d'un décrochage de soutien gorge alors qu'elles ne sont qu'une invitation à aller boire un verre....

Difficile de dire si ce questionnaire qui fait polémique émane d'une volonté de favoriser l'harmonie entre communautés ou s'il a vocation à prendre la température de la mise en minorité du peuple corse historique sur sa terre. 

En tout cas, déplorer le fait d'être minoritaire tout en voulant améliorer le vivre-ensemble est le comble du nationalisme. C'est comme montrer du doigt l'inondation tout en voulant aménager une piscine avec l'eau qui s'écoule...

Le comble de celui qui veut vivre n'est il pas de déplorer les effets dont il chérit les causes ...?

Sangue Corsu

Bleu-Blanc-Rouge / Testa Mora

Les alliés de circonstance (ceux qui souhaitent que l'Europe ressemble toujours à l'Europe) sont semblables aux feuilles d'automne. On en trouve des variétés de toutes sortes.

Nation française / indépendantisme corse

Selon certains nationalistes français et autres dissidents idéologiques, les indépendantismes des petites patries charnelles serviraient à l'oligarchie mondialiste pour "affaiblir" les grandes nations comme la France...

Corse du continent, et corse au continent

Il y a être un corse du continent, et être corse au continent.